Podcasts

UNE CARTE POSTALE NOUS REND LE SOURIRE...

C'est une belle initiative pour rompre la solitude engendrée par le confinement. Fizzer, une start-up du Calvados, propose d’envoyer pour vous des cartes postales. Lancée en 2014, l'entreprise avait d'ailleurs opté pour le télétravail un an après ses débuts. Elle peut donc poursuivre son activité même en temps de confinement.
Concrètement, les adhérents choisissent sur le site Internet des modèles de carte et y ajoutent leurs photos personnelles. Contre quelques euros, Fizzer se charge ensuite de les éditer et de les envoyer aux parents ou amis, en partenariat avec La Poste. Pour répondre à l'actualité du moment, Fizzer a dessiné des modèles spécialement pour les personnes en première ligne pendant le confinement, comme les soignants. D'autres thématiques sont évidemment disponibles comme les cartes pour les grands-parents, l'un des produits les plus demandés... Mais Fizzer a voulu aller plus loin en ces temps difficiles: l'entreprise a tenu elle aussi à se montrer solidaire. Elle a donc choisi d'offrir une carte par semaine à ses clients. Pour bénéficier de ce geste, il faut s'inscrire, c'est gratuit on le précise, et ensuite, vous recevrez chaque dimanche un cadeau sur votre compte, à savoir la possibilité de faire éditer et d'envoyer une carte postale gratuitement. Lors du lancement de l'opératioN, 43 000 cartes gratuites ont été éditées. Un succès qui s'est confirmé quelques jours plus tard avec 40 000 messages. Au total, en deux semaines, malgré une activité réduite de la Poste, plus de 150 000 cartes gratuites ont été expédiées...l'une des jolies surprises du confinement... "ECONOMIE POSITIVE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !  

C'est une belle initiative pour rompre la solitude engendrée par le confinement. Fizzer, une start-up du Calvados, propose d’envoyer pour vous des cartes postales.

Lancée en 2014, l'entreprise avait d'ailleurs opté pour le télétravail un an après ses débuts. Elle peut donc poursuivre son activité même en temps de confinement.Concrètement, les adhérents choisissent sur le site Internet des modèles de carte et y ajoutent leurs photos personnelles. Contre quelques euros, Fizzer se charge ensuite de les éditer et de les envoyer aux parents ou amis, en partenariat avec La Poste. Pour répondre à l'actualité du moment, Fizzer a dessiné des modèles spécialement pour les personnes en première ligne pendant le confinement, comme les soignants. D'autres thématiques sont évidemment disponibles comme les cartes pour les grands-parents, l'un des produits les plus demandés...

Mais Fizzer a voulu aller plus loin en ces temps difficiles: l'entreprise a tenu elle aussi à se montrer solidaire. Elle a donc choisi d'offrir une carte par semaine à ses clients. Pour bénéficier de ce geste, il faut s'inscrire, c'est gratuit on le précise, et ensuite, vous recevrez chaque dimanche un cadeau sur votre compte, à savoir la possibilité de faire éditer et d'envoyer une carte postale gratuitement.

Lors du lancement de l'opératioN, 43 000 cartes gratuites ont été éditées. Un succès qui s'est confirmé quelques jours plus tard avec 40 000 messages. Au total, en deux semaines, malgré une activité réduite de la Poste, plus de 150 000 cartes gratuites ont été expédiées...l'une des jolies surprises du confinement...

"ECONOMIE POSITIVE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !

 

10 avril 2020

C'EST QUI LE PATRON ??

En pleine crise du coronavirus, "C'est qui le patron" vient en aide aux entreprises les plus pénalisées.
Il faut dire que la marque de produits alimentaires élaborée par des consommateurs pour offrir une juste rémunération aux éleveurs a pu accumuler des rentrées exceptionnelles depuis le début de l'épidémie et ce, en raison des achats massifs de la population qui se ruent dans les supermarchés.
"Le coronavirus a eu un effet phénoménal sur les ventes de la marque" précise Nicolas Chabanne, créateur de "C'est qui le patron" avec dans le détail:  +380% pour les pâtes, +70% pour les oeufs, +40% pour le lait. En un seul mois, les gains supplémentaires dépassent les 100.000 euros pour "C'est qui le patron". Mais les sociétaires de la marque ont décidé de ne pas se faire de l'argent supplémentaire sur le dos de la crise : ils ont donc choisi de créer un fonds pour venir en aide aux indépendants et aux petits commerçants pour qu'ils puissent survivre dans cette période très difficile. Les aides seront notamment distribuées via le réseau des sociétaires de la marque, également via Bouge ton coq", une plateforme de financement participatif pour des projets de villages de France. "C'est qui le patron" appelle également les grands noms de l'agro alimentaire à faire preuve de solidarité : "Je pense à Panzani, à Barilla, les gens qui font des pâtes" précise Nicolas Chabanne. Pour lui, la suite sera du partage avec un équilibre différent qui va devoir se reconstituer. "ECONOMIE POSITIVE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ ! 

En pleine crise du coronavirus, "C'est qui le patron" vient en aide aux entreprises les plus pénalisées.Il faut dire que la marque de produits alimentaires élaborée par des consommateurs pour offrir une juste rémunération aux éleveurs a pu accumuler des rentrées exceptionnelles depuis le début de l'épidémie et ce, en raison des achats massifs de la population qui se ruent dans les supermarchés."Le coronavirus a eu un effet phénoménal sur les ventes de la marque" précise Nicolas Chabanne, créateur de "C'est qui le patron" avec dans le détail:  +380% pour les pâtes, +70% pour les oeufs, +40% pour le lait. En un seul mois, les gains supplémentaires dépassent les 100.000 euros pour "C'est qui le patron".

Mais les sociétaires de la marque ont décidé de ne pas se faire de l'argent supplémentaire sur le dos de la crise : ils ont donc choisi de créer un fonds pour venir en aide aux indépendants et aux petits commerçants pour qu'ils puissent survivre dans cette période très difficile. Les aides seront notamment distribuées via le réseau des sociétaires de la marque, également via Bouge ton coq", une plateforme de financement participatif pour des projets de villages de France.

"C'est qui le patron" appelle également les grands noms de l'agro alimentaire à faire preuve de solidarité : "Je pense à Panzani, à Barilla, les gens qui font des pâtes" précise Nicolas Chabanne. Pour lui, la suite sera du partage avec un équilibre différent qui va devoir se reconstituer.

"ECONOMIE POSITIVE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ ! 

09 avril 2020

DECOUVERTE DU THERMOMETRE DES FLEURS !

Découverte du thermomètre des fleurs !
Des chercheurs français ont en effet trouvé le moyen d’accélérer ou de retarder la floraison des plantes selon la température ambiante via une protéine... Une découverte réalisée après de longues années de recherches menées par le Laboratoire de physiologie cellulaire et végétale de Grenoble, en collaboration avec des scientifiques allemands, indiens et espagnols. Cette découverte permettrait d’adapter les cultures au réchauffement climatique mais aussi d’augmenter le rythme de production avec plusieurs floraisons dans l'année car aujourd'hui, avec les variations de températures de plus en plus fortes et incontrôlées, la floraison des plantes se fait de plus en plus tôt. Parfois trop tôt. Résultat : de nombreuses cultures dépérissent avant même de pouvoir être récoltées, quand elles ne donnent pas des fruits de mauvaise qualité... La découverte de cette protéine apparait donc comme une révolution pour les chercheurs de Grenoble. Concrètement, les scientifiques introduisent cette protéine dans les plantes. Ces dernières ne pousseront qu’au moment où la température, fixée artificiellement par les chercheurs, sera atteinte. Mais si l'on regarde de près la législation européenne, ces nouvelles techniques d’amélioration des plantes comme celles évoquées ici sont considérées comme des OGM, des organismes génétiquement modifiés selon un arrêt de la Cour de justice européenne de juillet 2018. Une pratique interdite en France on le rappelle...
Les chercheurs à l'origine de cette découverte souhaite donc se tourner vers d'autres pays  comme l’Inde ou les États-Unis pour financer leurs travaux. "DEVELOPPEMENT DURABLE", des sujets à retrouver chaque matine netre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !

Découverte du thermomètre des fleurs !Des chercheurs français ont en effet trouvé le moyen d’accélérer ou de retarder la floraison des plantes selon la température ambiante via une protéine...

Une découverte réalisée après de longues années de recherches menées par le Laboratoire de physiologie cellulaire et végétale de Grenoble, en collaboration avec des scientifiques allemands, indiens et espagnols.

Cette découverte permettrait d’adapter les cultures au réchauffement climatique mais aussi d’augmenter le rythme de production avec plusieurs floraisons dans l'année car aujourd'hui, avec les variations de températures de plus en plus fortes et incontrôlées, la floraison des plantes se fait de plus en plus tôt. Parfois trop tôt. Résultat : de nombreuses cultures dépérissent avant même de pouvoir être récoltées, quand elles ne donnent pas des fruits de mauvaise qualité... La découverte de cette protéine apparait donc comme une révolution pour les chercheurs de Grenoble.

Concrètement, les scientifiques introduisent cette protéine dans les plantes. Ces dernières ne pousseront qu’au moment où la température, fixée artificiellement par les chercheurs, sera atteinte.

Mais si l'on regarde de près la législation européenne, ces nouvelles techniques d’amélioration des plantes comme celles évoquées ici sont considérées comme des OGM, des organismes génétiquement modifiés selon un arrêt de la Cour de justice européenne de juillet 2018. Une pratique interdite en France on le rappelle... Les chercheurs à l'origine de cette découverte souhaite donc se tourner vers d'autres pays  comme l’Inde ou les États-Unis pour financer leurs travaux.

"DEVELOPPEMENT DURABLE", des sujets à retrouver chaque matine netre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !

09 avril 2020

CONSULTATION EN LIGNE POUR "L'APRES"

Penser l' "après crise": c'est l'objectif de cette consultation en ligne lancée par une soixantaine de députés, dont Barbara Pompili élue LREM de la Somme, signataire de l'appel et présidente de la commission du développement durable à l'Assemblée. Intitulée « Le jour d'après », cette plateforme collaborative doit permettre aux citoyens de s'exprimer sur la France de demain. Pour y arriver, onze thématique ont été mises sur la table : santé, travail, consommation, solidarités, éducation, territoires, ou encore l'Europe dans le monde, mais aussi et surtout le nerf de la guerre, c'est-à-dire le financement du projet. Une quarantaine de mesures sont déjà proposées parmi lesquelles une revalorisation salariale immédiate de 200 euros par mois pour les aides à domicile, aides-soignantes, infirmières; la création d'un véritable revenu universel, dès l'âge de 18 ans ou encore la relocalisation de la production de produits de première nécessité en Europe... Ensuite, dès la fin des votes et des propositions actées au 3 mai, une synthèse de la consultation sera rendue publique dans la foulée. Les mesures retenues seront portées par les parlementaires signataires dans un plan d'action post-crise.
« Après la catastrophe du Covid-19, rassemblons-nous pour construire ensemble un développement plus humain, plus solidaire et plus écologiste », a rappelé  Bertrand Pancher, député du Mouvement radical de la Meuse, également signataire de cette consultation. Une plateforme qui connait un joli succès selon Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire également à l'origine du dispositif. Plus de 1 600 propositions ont effet été postées en deux jours. "DEVELOPPEMENT DURABLE", des sujets à écouter chaque matin sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ ! 

Penser l' "après crise": c'est l'objectif de cette consultation en ligne lancée par une soixantaine de députés, dont Barbara Pompili élue LREM de la Somme, signataire de l'appel et présidente de la commission du développement durable à l'Assemblée.

Intitulée « Le jour d'après », cette plateforme collaborative doit permettre aux citoyens de s'exprimer sur la France de demain. Pour y arriver, onze thématique ont été mises sur la table : santé, travail, consommation, solidarités, éducation, territoires, ou encore l'Europe dans le monde, mais aussi et surtout le nerf de la guerre, c'est-à-dire le financement du projet.

Une quarantaine de mesures sont déjà proposées parmi lesquelles une revalorisation salariale immédiate de 200 euros par mois pour les aides à domicile, aides-soignantes, infirmières; la création d'un véritable revenu universel, dès l'âge de 18 ans ou encore la relocalisation de la production de produits de première nécessité en Europe...

Ensuite, dès la fin des votes et des propositions actées au 3 mai, une synthèse de la consultation sera rendue publique dans la foulée. Les mesures retenues seront portées par les parlementaires signataires dans un plan d'action post-crise. « Après la catastrophe du Covid-19, rassemblons-nous pour construire ensemble un développement plus humain, plus solidaire et plus écologiste », a rappelé  Bertrand Pancher, député du Mouvement radical de la Meuse, également signataire de cette consultation.

Une plateforme qui connait un joli succès selon Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire également à l'origine du dispositif. Plus de 1 600 propositions ont effet été postées en deux jours.

"DEVELOPPEMENT DURABLE", des sujets à écouter chaque matin sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ ! 

08 avril 2020

VERS UNE ANNULATION DES RESULTATS DU 1ER TOUR DES MUNICIPALES ?

C'est l'une des polémiques qui avait agité le débat politique au début de la crise du coronavirus...
Fallait-il maintenir le 1er tour des élections municipales ?
Désormais c'est la question du second tour qui se pose. Le gouvernement avait dans un premier temps évoqué la fin du mois de juin. Scénario très peu probable désormais à en croire edouard philippe. Invité la semaine dernière sur le plateau de TF1, le Premier ministre a laissé entendre qu'il faudrait sans doute attendre des mois avant de retrouver les isoloirs. Edouard Philippe qui a rappelé que la décision d’organiser ou non le second tour sera prise le 23 mai, à l’occasion d’un rapport qui sera remis. Si c’est possible, le second tour se tiendra, mais il pourrait aussi avoir lieu beaucoup plus tard, une hypothèse partagée par de nombreux spécialistes du droit constitutionnel.
De son côté, le Conseil d'Etat avait indiqué que le second tour devrait être impérativement organisé dans un délai de trois mois à compter de la date du premier tour, soit le 15 du mois de juin, sous peine d'annulation. "DECRYPTAGE DE L'ACTUALITÉ", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !

C'est l'une des polémiques qui avait agité le débat politique au début de la crise du coronavirus... Fallait-il maintenir le 1er tour des élections municipales ? Désormais c'est la question du second tour qui se pose. Le gouvernement avait dans un premier temps évoqué la fin du mois de juin. Scénario très peu probable désormais à en croire edouard philippe. Invité la semaine dernière sur le plateau de TF1, le Premier ministre a laissé entendre qu'il faudrait sans doute attendre des mois avant de retrouver les isoloirs.

Edouard Philippe qui a rappelé que la décision d’organiser ou non le second tour sera prise le 23 mai, à l’occasion d’un rapport qui sera remis. Si c’est possible, le second tour se tiendra, mais il pourrait aussi avoir lieu beaucoup plus tard, une hypothèse partagée par de nombreux spécialistes du droit constitutionnel. De son côté, le Conseil d'Etat avait indiqué que le second tour devrait être impérativement organisé dans un délai de trois mois à compter de la date du premier tour, soit le 15 du mois de juin, sous peine d'annulation.

"DECRYPTAGE DE L'ACTUALITÉ", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !

06 avril 2020

BAISSE DE L'EMPREINTE CARBONE

Le confinement et ses conséquences positives pour la planète... Il y en a !
Depuis qu'une partie du monde doit rester à la maison pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, les changements sur l'environnement sont déjà perceptibles : l'eau de Venise a retrouvé sa clarté et ses poissons, les oiseaux sont revenus dans les campagnes françaises et les émissions de dioxyde de carbone ont fortement diminué dans l'ensemble de l'Europe selon les données de l'Agence spatiale européenne. Autre conséquence, l'empreinte carbone des Français: elle a baissé de 62% depuis la mise en place du confinement notamment dans le secteur des transports: c'est le résultat d'une enquête menée par l'application "Greenly" auprès de 500 utilisateurs âgés de 18 à 75 ans.
L'impact carbone de l'essence, qui représente habituellement 10% des émissions des Français, a chuté de 83% par rapport à la moyenne hebdomadaire de ce début d'année. A titre d'exemple, les passages à la pompe sont deux fois moins fréquents depuis le 16 mars. En ce qui concerne les voyage en avion, soit 4% de l'empreinte carbone des Français en temps normal, la chute est évidemment spectaculaire: - 94% avec une division par cinq du nombre d'achats de vols. Côté alimentation, la diminution de l'empreinte carbone est dans ce domaine moins importante: une baisse de seulement 10% pour les courses en supermarché. A noter que les achats en ligne ont fait augmenter l'empreinte carbone de 2,5%. Reste à savoir comment évolueront ces changements une fois la crise terminée. Ce sera en tout cas l'occasion d'y réfléchir et de construire un monde plus éco-responsable pour Alexis Normand, co-fondateur de "Greenly". "DEVELOPPEMENT DURABLE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !

Le confinement et ses conséquences positives pour la planète... Il y en a !Depuis qu'une partie du monde doit rester à la maison pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, les changements sur l'environnement sont déjà perceptibles : l'eau de Venise a retrouvé sa clarté et ses poissons, les oiseaux sont revenus dans les campagnes françaises et les émissions de dioxyde de carbone ont fortement diminué dans l'ensemble de l'Europe selon les données de l'Agence spatiale européenne.

Autre conséquence, l'empreinte carbone des Français: elle a baissé de 62% depuis la mise en place du confinement notamment dans le secteur des transports: c'est le résultat d'une enquête menée par l'application "Greenly" auprès de 500 utilisateurs âgés de 18 à 75 ans. L'impact carbone de l'essence, qui représente habituellement 10% des émissions des Français, a chuté de 83% par rapport à la moyenne hebdomadaire de ce début d'année. A titre d'exemple, les passages à la pompe sont deux fois moins fréquents depuis le 16 mars.

En ce qui concerne les voyage en avion, soit 4% de l'empreinte carbone des Français en temps normal, la chute est évidemment spectaculaire: - 94% avec une division par cinq du nombre d'achats de vols.

Côté alimentation, la diminution de l'empreinte carbone est dans ce domaine moins importante: une baisse de seulement 10% pour les courses en supermarché. A noter que les achats en ligne ont fait augmenter l'empreinte carbone de 2,5%.

Reste à savoir comment évolueront ces changements une fois la crise terminée. Ce sera en tout cas l'occasion d'y réfléchir et de construire un monde plus éco-responsable pour Alexis Normand, co-fondateur de "Greenly".

"DEVELOPPEMENT DURABLE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !

06 avril 2020

UN TEST DE DEPISTAGE UNIQUE EN SON GENRE ET..BRETON !

C'est une entreprise bretonne basée à Guipry-Messac qui se présente comme le spécialiste des tests d’analyse biologique rapide.
Son nom: NG Biotech. Cette start up, fondée en 2012, a développé un test du coronavirus ultra rapide qui pourrait permettre de savoir si un patient est positif au covid 19 ou s’il a été contaminé par le passé. C'est le premier dépistage de ce type mis au point en France. Un test unique en son genre car il intègre "un auto piqueur et un collecteur de sang" explique le PDG de NG Biotech. Il suffit d'appuyer sur un bouton pour se piquer le bout du doigt. Une petite goutte de sang est alors collectée et transférée sur les réactifs. 15 minutes plus tard, on sait si la personne a développé une immunité et ce, même si elle n'a pas été malade. Une information essentielle car on le rappelle, environ 80% des personnes infectées restent asymptomatiques et ne savent pas qu'elles sont immunisées contre le Covid-19. Pour le moment, le test créé par la start-up bretonne n'est pas encore commercialisé: une question de jours seulement... Il sera d'abord utilisé par les professionnels de santé mais il sera aussi très utile dans la perspective d'une sortie du confinement pour savoir qui est immunisé. NG Biotech a prévu de fabriquer 6 millions de tests dans les 6 prochains mois. Les premières livraisons vont commencer d’ici fin avril. Pour y arriver, une deuxième unité de production est en cours de montage. Conséquence, l'entreprise qui comptait une quinzaine de salariés, vient de doubler ses effectifs... "ECONOMIE POSITIVE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 0h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !  

C'est une entreprise bretonne basée à Guipry-Messac qui se présente comme le spécialiste des tests d’analyse biologique rapide.Son nom: NG Biotech. Cette start up, fondée en 2012, a développé un test du coronavirus ultra rapide qui pourrait permettre de savoir si un patient est positif au covid 19 ou s’il a été contaminé par le passé.

C'est le premier dépistage de ce type mis au point en France. Un test unique en son genre car il intègre "un auto piqueur et un collecteur de sang" explique le PDG de NG Biotech. Il suffit d'appuyer sur un bouton pour se piquer le bout du doigt. Une petite goutte de sang est alors collectée et transférée sur les réactifs. 15 minutes plus tard, on sait si la personne a développé une immunité et ce, même si elle n'a pas été malade. Une information essentielle car on le rappelle, environ 80% des personnes infectées restent asymptomatiques et ne savent pas qu'elles sont immunisées contre le Covid-19.

Pour le moment, le test créé par la start-up bretonne n'est pas encore commercialisé: une question de jours seulement... Il sera d'abord utilisé par les professionnels de santé mais il sera aussi très utile dans la perspective d'une sortie du confinement pour savoir qui est immunisé.

NG Biotech a prévu de fabriquer 6 millions de tests dans les 6 prochains mois. Les premières livraisons vont commencer d’ici fin avril. Pour y arriver, une deuxième unité de production est en cours de montage. Conséquence, l'entreprise qui comptait une quinzaine de salariés, vient de doubler ses effectifs...

"ECONOMIE POSITIVE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 0h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !

 

03 avril 2020

VERS UNE ASSURANCE CHÔMAGE EUROPEENNE ?

L'Europe étudie actuellement toutes les pistes pour limiter le plus possible l’impact économique de la crise sanitaire du coronavirus.
Parmi elles, l’idée d'une assurance-chômage européenne refait surface: idée qui fait débat depuis plusieurs années maintenant sauf en France qui rejette pour le moment ce système, censé surpasser les dispositifs nationaux d’indemnités de chômage. Le principe serait le suivant: les ministres européens envisagent de mobiliser les ressources en donnant comme garantie le budget de l'union européenne, voire des contributions nationales. L'objectif est d'accumuler entre 80 et 100 milliards d’euros de fonds. Une somme qui peut sembler importante, bien plus élevée en tous les cas que les 13 milliards prévus par l’instrument budgétaire pour la zone euro, mais elle ne représente au final que 0,7 % du PIB européen. Elle servirait à consentir des prêts à taux réduit aux pays frappés par une crise, comme celle que nous vivons actuellement.
Le dossier sera présenté la semaine prochaine lors de la réunion des ministres des Finances de l’UE. "L'EUROPE ...VUE D'EN FRANCE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !

L'Europe étudie actuellement toutes les pistes pour limiter le plus possible l’impact économique de la crise sanitaire du coronavirus.Parmi elles, l’idée d'une assurance-chômage européenne refait surface: idée qui fait débat depuis plusieurs années maintenant sauf en France qui rejette pour le moment ce système, censé surpasser les dispositifs nationaux d’indemnités de chômage.

Le principe serait le suivant: les ministres européens envisagent de mobiliser les ressources en donnant comme garantie le budget de l'union européenne, voire des contributions nationales. L'objectif est d'accumuler entre 80 et 100 milliards d’euros de fonds. Une somme qui peut sembler importante, bien plus élevée en tous les cas que les 13 milliards prévus par l’instrument budgétaire pour la zone euro, mais elle ne représente au final que 0,7 % du PIB européen. Elle servirait à consentir des prêts à taux réduit aux pays frappés par une crise, comme celle que nous vivons actuellement.Le dossier sera présenté la semaine prochaine lors de la réunion des ministres des Finances de l’UE.

"L'EUROPE ...VUE D'EN FRANCE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'application gratuite de CLAZZ !

03 avril 2020

L'INDUSTRIE AUTOMOBILE MOBILISEE

L'industrie automobile accélère dans la lutte contre le coronavirus.
Renault et PSA Peugeot Citroën s’organisent actuellement pour monter des lignes de production de matériels à destination des soignants.
Dès cette semaine, la marque au losange devrait réussir à produire 500 respirateurs, avant d’augmenter la cadence dans les prochains jours. Un projet qui regroupe d'autres entreprises à côté de Renault, comme STMicroelectronics qui a aidé sur les cartes électroniques ou encore Michelin. 
Renault mise sur la capacité d'adaptation de ses équipes qui travaillent sur l'usine du futur au Technocentre pour monter rapidement cette ligne de production. C'est d'ailleurs au siège social et centre de recherche à Guyancourt dans les Yvelines que les premiers respirateurs seront produits grâce à des imprimantes 3D. Une technique déjà utilisée la semaine dernière par Renault mais cette fois en Espagne, pour produire des visières à destination des soignants. D'autres initiatives ont été prises dans les usines du groupe pour aider les soignants. Une vingtaine de prototypes de visières protectrices ont été livrés au centre hospitalier André Mignot de Versailles. Une fois validé, le prototype pourra être imprimé en grande série par une équipe de l'usine de Flins dans les Yvelines là encore. De son côté, PSA travaille sur la production de pièces pour les respirateurs sur son site de Poissy. Un travail en étroite collaboration avec le constructeur français Air Liquide qui avait annoncé la semaine dernière l’installation d’une ligne d’assemblage supplémentaire pour augmenter la production de ventilateurs de réanimation. Une production qui devrait être multipliée par trois au mois d'avril. "ECONOMIE POSITIVE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'appli gratuite de CLAZZ !

L'industrie automobile accélère dans la lutte contre le coronavirus.Renault et PSA Peugeot Citroën s’organisent actuellement pour monter des lignes de production de matériels à destination des soignants. Dès cette semaine, la marque au losange devrait réussir à produire 500 respirateurs, avant d’augmenter la cadence dans les prochains jours. Un projet qui regroupe d'autres entreprises à côté de Renault, comme STMicroelectronics qui a aidé sur les cartes électroniques ou encore Michelin. Renault mise sur la capacité d'adaptation de ses équipes qui travaillent sur l'usine du futur au Technocentre pour monter rapidement cette ligne de production. C'est d'ailleurs au siège social et centre de recherche à Guyancourt dans les Yvelines que les premiers respirateurs seront produits grâce à des imprimantes 3D. Une technique déjà utilisée la semaine dernière par Renault mais cette fois en Espagne, pour produire des visières à destination des soignants.

D'autres initiatives ont été prises dans les usines du groupe pour aider les soignants. Une vingtaine de prototypes de visières protectrices ont été livrés au centre hospitalier André Mignot de Versailles. Une fois validé, le prototype pourra être imprimé en grande série par une équipe de l'usine de Flins dans les Yvelines là encore.

De son côté, PSA travaille sur la production de pièces pour les respirateurs sur son site de Poissy. Un travail en étroite collaboration avec le constructeur français Air Liquide qui avait annoncé la semaine dernière l’installation d’une ligne d’assemblage supplémentaire pour augmenter la production de ventilateurs de réanimation. Une production qui devrait être multipliée par trois au mois d'avril.

"ECONOMIE POSITIVE", des sujets à écouter chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'appli gratuite de CLAZZ !

01 avril 2020

NETTE DIMINUTION DU TROU DE LA COUCHE D'OZONE

Bonne nouvelle pour la planète !
Une étude publiée il y a quelques jours dans la revue "Nature" montre que la couche d’ozone est en train de se rétablir. La preuve, en 2019, le trou dans la couche d’ozone était le plus petit jamais enregistré. Pour les auteurs de cette étude, il y a bien une « pause », voire un retour en arrière, dans la dégradation de la couche d’ozone. Une tendance positive qui s'expliquerait par les mesures mises en place par le  protocole de Montréal. Un accord international entré en vigueur en 1989 et qui vise à limiter voire à réduire totalement les émissions de toutes les substances toxiques responsables du trou dans la couche d’ozone. Les chercheurs ont relevé des changements majeurs dans la circulation de l’air principalement au niveau de l’hémisphère sud. Ils portent leur attention plus spécifiquement sur les courant-jets, appelés "jet streams" dans leur terminologie anglophone. Il s’agit en fait d’un courant d’air atmosphérique très rapide et compact. Dans la deuxième partie du 20e siècle, le jet stream du Sud est sorti de sa trajectoire habituelle pour se déplacer toujours plus vers le Pôle Sud avec pour conséquence, des changements dans les courants océaniques, des précipitations, voire des tempêtes...
Changement de cap dans les années 2000, le jet stream a de nouveau inversé sa trajectoire. Un revirement de situation qui coïncide avec le début de l'amélioration de la couche d’ozone de l’hémisphère sud. Résultat, selon les chercheurs, des effets bénéfiques du protocole de Montréal, qui conduit à l’amoindrissement progressif du trou dans la couche d’ozone. "DEVELOPPEMENT DURABLE", des sujets à retouver chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'appli gratuite de CLAZZ !

Bonne nouvelle pour la planète !Une étude publiée il y a quelques jours dans la revue "Nature" montre que la couche d’ozone est en train de se rétablir. La preuve, en 2019, le trou dans la couche d’ozone était le plus petit jamais enregistré. Pour les auteurs de cette étude, il y a bien une « pause », voire un retour en arrière, dans la dégradation de la couche d’ozone. Une tendance positive qui s'expliquerait par les mesures mises en place par le  protocole de Montréal. Un accord international entré en vigueur en 1989 et qui vise à limiter voire à réduire totalement les émissions de toutes les substances toxiques responsables du trou dans la couche d’ozone.

Les chercheurs ont relevé des changements majeurs dans la circulation de l’air principalement au niveau de l’hémisphère sud. Ils portent leur attention plus spécifiquement sur les courant-jets, appelés "jet streams" dans leur terminologie anglophone. Il s’agit en fait d’un courant d’air atmosphérique très rapide et compact. Dans la deuxième partie du 20e siècle, le jet stream du Sud est sorti de sa trajectoire habituelle pour se déplacer toujours plus vers le Pôle Sud avec pour conséquence, des changements dans les courants océaniques, des précipitations, voire des tempêtes... Changement de cap dans les années 2000, le jet stream a de nouveau inversé sa trajectoire. Un revirement de situation qui coïncide avec le début de l'amélioration de la couche d’ozone de l’hémisphère sud. Résultat, selon les chercheurs, des effets bénéfiques du protocole de Montréal, qui conduit à l’amoindrissement progressif du trou dans la couche d’ozone.

"DEVELOPPEMENT DURABLE", des sujets à retouver chaque matin entre 6h et 9h sur CLAZZ.radio et sur l'appli gratuite de CLAZZ !

01 avril 2020